11e congrès annuel 4S  | Fribourg |  14 au 15 février 2019

« Sport et cerveau »

 Fribourg

 

11ème congrès annuel de la Société Suisse des Sciences du Sport (4S)

Les effets positifs de l’activité physique et du sport sur notre santé et bien-être sont de nos jours incontestés. Il est par exemple avéré que l’activité physique diminue le risque de contracter de nombreuses maladies, telles que les maladies cardio-vasculaires, le diabète, l’obésité, l’ostéoporose, la dépression et même certains types de cancers. Ainsi, la pratique d’une activité physique est de plus en plus recommandée, et ce même à des fins thérapeutiques. De surcroît, chaque nouvelle découverte ne fait qu’accentuer notre conviction du bienfait de la pratique d’une activité physique, sorte de remède miracle agissant contre de nombreuses maladies – et totalement gratuit! Malgré cela et malheureusement, nos connaissances n’influencent pas (encore) suffisamment notre comportement en matière d’activité physique au sein de notre société moderne.

Notre comportement en matière d’activité physique est bien sûr influencé et contrôlé – consciemment ou inconsciemment – par notre cerveau. Inversement, la pratique d’une activité physique influence également notre cerveau, et ce n’est que récemment que la communauté scientifique s’est intéressée à ce sujet. Cette thématique est aujourd’hui plus que jamais d’actualité, et un nombre croissant de découvertes montrent que l’activité physique et le sport influencent positivement non seulement notre santé physique, mais également notre santé mentale et nos aptitudes cognitives. Bien que les mécanismes ne soient aujourd’hui pas encore totalement compris, on sait avec certitude que le sport et l’activité physique ont un effet positif sur la plasticité cérébrale et de ce fait sur les fonctions cognitives et l’intelligence. Il n’est ainsi pas étonnant de constater que les enfants actifs obtiennent souvent de meilleures notes à l’école par rapport aux enfants inactifs, ou que la pratique d’une activité physique aide à maintenir ses capacités cognitives malgré le vieillissement.

En dépit des nombreux aspects positifs, le sport peut également avoir des effets négatifs sur notre cerveau. À ce propos, les nombreuses commotions cérébrales qui surviennent dans des sports tels que le hockey sur glace, le football américain ou la boxe représentent un des thèmes retenant, à juste titre, de plus en plus l’attention. Aujourd’hui on sait par exemple que de multiples traumatismes cranio-cérébraux peuvent mener à des changements neurodégénératifs au sein du cerveau (encéphalopathie traumatique chronique). Cela s’accompagne de sérieuses séquelles persistant sur le long terme, tels que des troubles cognitifs et de la mémoire, le développement d’une dépression ou l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Pour toutes ces raisons, nous souhaitons consacrer le 11ème congrès annuel de la SGS aux diverses thématiques reflétant l’interaction existant entre l’activité physique et le cerveau et nous nous réjouissons d’ores et déjà des perspectives nouvelles et excitantes qui s’offrent à nous dans ce domaine.


 

                            logo sgs          UNF Logo 100pr pos